top of page
Rechercher
  • nathyamb

L’article édifiant sur Brice Clotaire Oligui Nguema curieusement dépublié par Mediapart

L'intégralité de l'article édifiant sur Brice Clotaire Oligui Nguema dépublié en catastrophe hier par Mediapart deux ans et demi après sa parution sur le Club des lecteurs de Mediapart, juste après le coup d'Etat qu'il a perpétré au Gabon. Étrange, n'est-ce pas? J'avais anticipé le coup, et j'ai sécurisé l'article. Bonne lecture!



Jeune officier, il faisait partie des aides de camp de l’ancien président Omar Bongo. Mais pour Ali Bongo, Brice Clotaire Oligui Nguema fait surtout partie «des gens qui ont vraiment volé [son] père». Et pas qu’un peu, paraît-il !


C’est ainsi que lorsqu’en 2009, Ali succède à Omar Bongo, l’une de ses premières mesures fut d’éloigner ce « voleur d’Oligui ». D’abord comme attaché militaire à l’ambassade du Gabon au Maroc, puis au Sénégal. Tous ceux qui l’ont rencontré à Dakar se souviennent encore de ce « militaire un peu trop bavard, aigri, revanchard, n’hésitant pas à dire tout le mal qu’il pensait d’Ali Bongo et sa famille ». Mais ça c’était avant. Entre-temps, la roue a tourné.





En octobre 2019, Brice Oligui, qui a le grade de colonel, signe son grand retour à la présidence en qualité de directeur général des services spéciaux de la Garde Républicaine (GR). Il remplace à ce poste Frédéric, le demi-frère d’Ali Bongo. A peine installé, il enclenche une opération «mains propres» destinée à traquer les responsables administratifs et politiques responsables de détournements des deniers publics.


«Venant d’un individu qui est loin d’être un exemple de probité morale, c’est vraiment l’hôpital qui se moque de la charité», a ironisé M.K., auditrice à la Cour des comptes. Se voulant plus convaincante, la magistrate a poursuivi : «Quand il était aide de camp de feu le président Omar Bongo, il a accumulé tellement d’argent qu’il a fini par investir de manière frénétique et désordonnée dans l’immobilier. Aujourd’hui il est à la tête d’un empire colossal, mais qu’il serait bien en peine de justifier ».


Boulimique, Brice Oligui a aussi, selon nos informations, fait des acquisitions au Sénégal, En France, au Maroc, aux Etats-Unis. Il y a quelques mois, l’ONG américaine anti-corruption OCCRP (Organized Crime & Corruption Reporting Project), rapportait que l’officier gabonais dispose de plusieurs propriétés dans la banlieue de Washington achetées en espèces et sans hypothèque pour un montant avoisinant les 600 millions de francs CFA. Pour M.K., l’opération « mains propres » de Brice Oligui n’était, « en réalité, qu’un instrument de levier dont il s’est servi pour régler des comptes et se débarrasser de quelques personnalités devenues gênantes pour le régime ».


Et si, tout simplement, Brice Clotaire Oligui Nguema – qui a récemment été promu général de brigade en même temps qu’il devenait commandant en chef de la GR – roulait pour lui-même en faisant place nette afin d’installer ses hommes à lui ?





Que prépare l'ambitieux et rancunier général Oligui ?


Les dernières nominations dans la haute administration, à la tête des grandes entreprises publiques et aux postes stratégiques de la GR auraient dû, en plus de jeter une lumière crue sur les manœuvres sournoises de ce général zélé, attirer l’attention de la famille régnante.


Mais Ali Bongo, en dépit des apparences et des mensonges distillés par les tenants du régime, est dans un état végétatif depuis l’AVC qui l’a foudroyé en octobre 2018. Quant à son fils Noureddin et à Sylvia son épouse, leur appétence pour la luxure, la débauche et le divertissement est telle que les questions essentielles échappent complètement à leur analyse. Brice Fargeon Laccruche, l’ex-directeur de cabinet d’Ali Bongo l’avait compris et, de fait, avait failli prendre le pouvoir.


Et si son homonyme Brice Oligui s’instruisait de ses erreurs pour réussir là où le Marseillais a échoué de peu ? Sans vouloir répondre à cette question, l’on peut toutefois constater que le nouveau général de Ngouoni tisse sa toile. Sans états d’âme.


Ses contempteurs ne manquent pas de rappeler qu’en 2016, au moment où Ali Bongo mordait la poussière, laminé par Jean Ping à l'élection présidentielle, Ngouoni comme la plupart des villages teke, était resté très discret, presque résigné à accepter le verdict des urnes. Et que ce sont d’autres Gabonais, du Haut-Ogooué et d’ailleurs qui, au péril de leur vie, se sont mouillés pour sauver le régime Bongo/Valentin/PDG. Mais tout cela est désormais oublié. En tout cas, l’ambitieux Brice Oligui n’en a cure. Il place ses hommes, de préférence des ressortissants de son village Ngouoni. C’est ainsi que récemment, ce sont eux qui, de façon arrogante, ont fait main basse sur deux des postes les plus convoités du pays : DG des Douanes et DG de la CNSS.


Si l'on considère qu'Assiami, un village satellite de Ngouoni, a récupéré le CEDOC, et qu'Akieni, à quelques encablures de là, vient de s'offrir SOGARA, il y a lieu de se poser sérieusement des questions sur les intentions du général commandant en chef de la GR.


Milliardaire depuis le temps où il faisait les poches à Omar Bongo, Brice Oligui ne court certainement pas derrière l'argent. Alors, quel objectif poursuit-il quand il va jusqu’à modifier des décisions de nomination prises en conseil des ministres ?


Pour le savoir, il faudrait peut-être interroger cette sagesse africaine qui nous enseigne que «le chien chasse toujours pour lui-même, pas pour son maître».


*Cet article de Nephkelsi est paru en mars 2021 dans le Club des lecteurs de Mediapart et a été curieusement dépublié par la rédaction hier.



Nathalie Yamb

La Dame de Sochi 🐝💛


35 508 vues

Posts récents

Voir tout
bottom of page